Alimentation

L’alimentation des bébés/enfants

J’ai quelques connaissances en alimentation de l’adulte mais j’étais complètement néophyte au sujet de l’alimentation des bébés/enfants. Comment introduire, quelle quantité, l’équilibre des nutriments etc…
J’ai d’abord acheté ce livre (Bébé Veggie). Je ne suis pas végétarienne mais j’ai toujours trouvé les livres végétariens très sains, et offrant d’autres possibilités d’apport au niveau des protéines (voir mon article sur le livre: Ton premier livre végane).

Comme je disais dans un autre article, nous allons faire la DME avec notre fille. En France, c’est pas très connue alors que je vois les ateliers se multiplier au Canada et là, je me dis « Mais pourquoiiii je vis en France ?!?« . Bon, avec internet, c’est fabuleux, on a accès à l’information, toute l’information. Mais attention, car dans ce flot de savoir, il existe aussi la désinformation. Toujours donc, bien vérifier ses sources.
Alors, pourquoi la DME ?
Comme j’écoute personne, je me laisse influencer que par mes lectures. Quand je lis quelque chose qui me plait, je cherche des témoignages (merci encore les réseaux sociaux).
La DME (Diversification menée par l’enfant) ou alimentation autonome est une manière d’introduire les aliments et juste, d’introduire (entre 6 et 9 mois notamment). Puisqu’après, les deux méthodes se rejoignent (DME VS Diversification classique) et à un an, tous les bébés sont censés manger comme des grands.

Qu’est-ce qui me plaît dans la DME ?
Le fait que bébé prenne ses repas en même temps que nous, mange presque comme nous, puisse découvrir les textures, les formes…ce que n’offre pas la purée puisque une purée de brocolis ou de courgette est une purée.
Ensuite, c’est bébé qui gère son propre repas. Il n’est pas « contraint » avec une cuillère dans la bouche, c’est lui qui porte les aliments à sa bouche, il gère les quantités.
C’est une suite logique de l’allaitement, car bébé gère la quantité et le temps des repas.
Le lait maternel doit être exclusif jusque 6 mois et reste l’aliment principal jusque un an. Donc la diversification, c’est de la découverte, du picorage et un moment à partager en famille (ce qui va rester puisque c’est inclut dans notre société).

La peur n°1 des gens à propos de la DME reste l’étouffement. Pour se rassurer, il faut lire, se renseigner, comprendre comme le réflexe nauséeux des bébés fonctionne (ou gag). Suite à ça, vous verrez qu’il n’y a pas plus de risques de s’étouffer en DME qu’en diversification classique. L’étouffement est toujours un risque. À 6 mois, à 1 an comme à 3 ans. Il faut néanmoins rester serein et maîtriser les gestes de premiers secours (qui ont sauvé aussi des adultes de l’étouffement).

Pour ma part, j’ai regardé des vidéos de gag afin de différencier le gag de l’étouffement. C’est assez impressionnant mais par exemple, ça arrive à Elin quand elle met ses doigts trop profond dans sa bouche. Son corps rejette ce qui s’approche trop près de sa gorge et qui pourrait représenter un danger.
Il y a des aliments qui provoquent plus de gag que d’autres, et des aliments dangereux qu’il ne faut pas introduire n’importe comment. Ils sont tous listés sur ce merveilleux site : Bébé mange seul.

Pour moi, il est essentiel de se renseigner sur l’alimentation. C’est un besoin vital, et une bonne alimentation donne un enfant, puis un adulte en bonne santé (et longtemps). Je pense qu’on devrait tous savoir où trouver du fer, du calcium, des oméga 3 dans les aliments. On devrait connaitre la différence entre les graisses saturées, insaturées… Et apprendre aux enfants à moins consommer (on est issues d’une génération de sur-consommation, moi la première, et il est temps d’inverser la tendance pour la planète, et notre santé notamment).
On est pas seulement les vaches à lait de l’industrie, on est des esclaves. On grandit en mangeant/consommant des produits industriels à outrance (biscuits, bonbons, plats préparés, produits hygiéniques et cosmétiques, viandes sous vides, conserves…). Ces produits qui contiennent des pesticides, des perturbateurs endocriniens, des colorants, conservateurs, phtalates… Et quand on nous dit que c’est dangereux, on peste en disant « on ne peut plus rien manger ! » parce qu’après avoir offert un panel de poudre de perlimpinpin aux gens, on leur dit « stop« . Les gens sont perdus, ils ne savent plus comment consommer et ne veulent pas consommer autrement.

Dans une société stressée, pressée, un paquet de BN c’est quand même vachement pratique. Vous imaginez vous, le samedi matin faire vos biscuits pour la semaine pour vos enfants ?
Et pourquoi pas ?
Je suis de plus en plus choquée de l’alimentation des enfants, surtout depuis que je connais les effets sur l’organisme (problème de comportement, de concentration et même, dépression). J’avais lu le message d’une spécialiste, par hasard, sur facebook qui disait qu’avant d’emmener un enfant chez un psy, il fallait d’abord revoir son alimentation. Son message était très pertinent.

La DME, c’est donc pour moi un apprentissage de l’alimentation saine. Des légumes vapeurs, des fruits, des féculents, des bonnes graisses, des légumineuses, des oléagineux etc… D’ailleurs, il faut que les parents aient eux aussi une alimentation saine pour montrer l’exemple (Cf cours en ligne de Jessica Coll)
Non seulement par la qualité des produits proposés mais aussi par l’autonomie de l’enfant qui gère les quantités et apprends la satiété.
J’ai déjà vu des parents donner des purées (je ne connais personne ayant fait la DME) : « Allez, encore une cuillère ! Allez, ouvre la bouche, tu as rien mangé ! » et plus tard « Finit ton assiette ! Tu manges encore X morceaux et c’est bon« . Le traumatisme des repas, moi je m’en souviens encore ! ahahah
media_xl_4535936
Remplir sa bouche pour aller recracher aux toilettes, jeter par la fenêtre quand Maman a le dos tourné, on devient un pro du stratagème pour ne pas finir son assiette !
Je me suis promis de ne jamais forcer ma fille à finir, elle sait ce qui est bon pour elle dans la mesure où on lui propose des aliments sains.
C’est un problème avec les aliments sucrés. Un enfant va préférer les cochonneries aux légumes et son cerveau va l’influencer.
Vidéo d’Isabelle Filliozat

« Il arrive que nous achetions des bonbons à nos enfants. Et depuis un an, la communauté européenne à réussi à obtenir que sur les produits qui contiennent 19 additifs, qu’ils soient associés à cette petite phrase  : Avertissement : E104, E129 peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants. Vous imaginez bien que si l’Europe a réussi à imposer aux industriels cette petite mention, c’est que les études sont vraiment extrêmement importantes. Il est désormais prouvé qu’au moins ces 19 additifs, mais aussi bien d’autres, peuvent générer des problèmes de comportement. »

Comment je compte m’y prendre pour offrir une alimentation saine à ma fille dans une société comme la notre et surtout, avec la pression de l’entourage. Chaque fois qu’une cochonnerie traîne, un membre de la famille dit « pas encore Elin, mais bientôt »
*Maman qui est au bord du malaise*

Déjà entre 6 mois et un an, que des aliments sains et BIOS : Légumes, fruits, pain des fleurs, tartinades (houmous, guacamole), viandes/légumineuses.
Après un an : Introduction des produits laitiers, mais par plaisir. Un bout de fromage c’est bon pour le cœur mais pas pour le corps. On peut se passer de fromage mais soyons réalistes, nous on en mange. Elle aura un an cet hiver, l’occasion de goûter la raclette !  Biscuits maisons sans sucres raffinés.
D’ailleurs, les nouvelles recommandations en matière d’alimentation commencent à poser la question des produits laitiers : 

« Pour la première fois en termes de recommandations officielles, l’ANSES ne conclut pas de manière catégorique à un effet favorable de la consommation de produits laitiers sur les risques de fractures. Elle considère en effet l’existence de données remettant en question les bénéfices des produits laitiers. »

Il y a donc les aliments essentielles à la bonne santé et les aliments plaisirs (charcuterie, fromage, sucreries).
Entre 1 an et deux ans : Aliments sains et BIOS (sauf à l’extérieur), quelques aliments plaisirs (fromage par exemple).
Deux ans : Introduction du chocolat (pas des kinders, pitiééé) mais en infime quantité (Pâques ou occasionnellement). Quelques bonbons maisons ou bio (sans sucre ajouté). Attention avec le chocolat car il est riche en caféine :

Selon Santé Canada, un enfant qui consomme trop de caféine peut ressentir de l’anxiété, de l’irritabilité, des maux de tête et des problèmes de sommeil. Si l’enfant prend un médicament, il est recommandé de demander au pharmacien si la caféine interagit.

Trois ans : Peut-être l’entrée à l’école donc un peu de souplesse. Du sucre raffiné occasionnellement lors des fêtes, dans la famille mais au quotidien, on reste sur une alimentation maison et saine.

Je vous rassure, rien n’est inscrit dans le marbre. Nous même, on respecte pas toujours nos enjeux alimentaires mais déjà, respecter cela au maximum est une bonne chose. On mange au restaurant, parfois même au fast food, on aime les plats riches (pâtes carbonara, raclette, pizza…) donc évidemment, elle mangera comme nous.
Elle doit pouvoir avoir quelques libertés mais en sachant comment s’alimenter. Faire la différence entre le quotidien et les repas riches occasionnelles (resto, famille, fêtes…).
Nous avons deux objectifs : Manger équilibré nous-mêmes (ses parents) et transmettre notre mode alimentaire à notre fille.
Je ne pense pas que réduire l’apport en sucres ajoutés soit si difficile, même en achetant des produits industriels. Il suffit de lire un peu la composition.

Par exemple, les boudoirs que beaucoup de parents donnent à leurs bébés.
Vous avez déjà lu la composition ?
Sucre : 49,8g / 100g ! Près de la moitié de sucre ajouté ! Il est d’ailleurs dans les premiers ingrédients. Ajoutez les additifs : E503, E330… C’est pas top du tout !
ns-d
Alternatives : Des boudoirs sans sucres ajoutés, ça doit existait mais il y aura probablement des additifs, à voir… [Je vais regarder dans mon bioshop]
Ou une recette maison : Je vous renvoie sur le site bébé mange seul.

Se renseigner sur la DME :

Pour étoffer vos connaissance en alimentation, je vous conseille à nouveau ce site :
Bébé mange seul : Des recettes, des articles, il est vraiment intéressant !
En + : Le livre à acheter en PDF (10 $), très complet ! Avec de nombreux points abordés :

  • La DME, pour tous ?
  • Prêts, pas prêts ?
  • Mesures de sécurités
  • Réflexe vomitif et étouffement
  • Évolution des habiletés de bébé
  • Etc …

Je conseille aussi les cours en ligne de Jessica Coll. On peut s’abonner mensuellement (15$ par mois) ou à vie (89$). Les cours sont des capsules vidéos courtes et très intéressantes sur de nombreux sujets, détaillés ici. On peut également poser toutes les questions que l’on veut à Jessica, qui répond très rapidement !
Elle vend également un livre de 60 recettes à 9,99$ à trouver ici !
Les tarifs sont en dollar car toutes sont canadiennes, mais vous pouvez les acheter en France ! 

J’ai également acheté ce livre : Petites mains, grand assiette (à 17€90) dont je vous parlerez plus tard car je ne l’ai pas encore lu mais il est conseillé sur beaucoup de groupes DME.
Si lire c’est pas votre truc, je vous conseille les cours de Jessica Coll. Abonnez vous à sa page, elle poste souvent des vidéos de recettes !
Non seulement vous apprendrez sur la DME mais aussi sur l’alimentation en elle-même et sur les besoins de vos enfants. 
Alimentation Enfants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s